4

Mes conseils pour aider le jeune papa à prendre sa place

Devenir parents, ça chamboule notre petite vie bien tranquille. Finies les grasses mat’ ! Finies les sorties entre potes à boire un verre, puis deux, puis trois ! Finis le shopping au calme, les essayages longue durée ! Finis les week-ends en amoureux, yeux dans les yeux !

Nous, les filles, on a déjà 9 mois d’avance sur le futur papa pour se rendre compte qu’il va y avoir un réel changement. 9 mois où nous sommes tournées vers notre ventre (on efface de notre mémoire les premiers mois où nous sommes plutôt tournées vers les toilettes).

Nous sommes si privilégiées de pouvoir avoir ce lien unique avec notre bébé. Bien sûr, nous faisons en sorte que le papa se sente impliqué dès le début de la conception. « Bravo chéri, tu as mis dans le mile ! »

Et puis, pendant la grossesse, nous lui montrons l’importance de sa présence, à nos côtés. « Oui, je sais Chéri. Il est 23h30, mais là tu vois, j’ai grave envie de Doritos et d’un Chai Latte de Starbucks ! Nan, je ne peux pas attendre demain. »

Nous le faisons participer aux achats du trousseau de bébé. « Chéri, tu peux me donner ta carte de crédit s’te plaît ? Tu sais, j’ai acheté deux-trois petits trucs pour le bébé. Oui, les indispensables, bien sûûûûûr ! »

Nous l’obligeons à venir à toutes les échographies. On aime trop voir son visage ému (mine de rien) lorsqu’il regarde le « mini » s’agiter.

Lire la suite

Publicités
0

Mes DIY préférés pour ma table de Noël

IMG_0055

Cette année, le réveillon de Noël se passera chez nous. C’est la première fois. Forcément, comme toutes les premières fois, on a un peu le trac. On veut bien faire, impressionner, émerveiller aussi.

Une chose est sûre, Papa Ours va épater les convives avec sa bûche ! Il s’entraîne depuis plusieurs jours maintenant… Mais, un bon dîner se doit d’être servi sur une belle table. Et, je ne suis pas très douée lorsqu’il s’agit d’improviser.

Heureusement, la toile fourmille d’idées. Et grâce aux DIY, je vais pouvoir crâner !

Je me doute que tu es, peut-être, dans mon cas. Aussi, pour t’aider, voici ma sélection de mes DIY préférés pour en mettre plein les yeux à mes invités !

Lire la suite

3

Mes péchés de gourmandise

20131023-075205.jpg

Ceux qui me connaissent « très bien » savent que je suis une gourmande. Une vraie de vraie ! Mon appétit revient toujours à l’arrivée des mets sucrés. Au restaurant, j’ai toujours l’habitude de regarder la carte des desserts avant le plat principal. Et, ce que je préfère cuisiner, ce sont les gâteaux ! J’adore rêver devant les recettes des livres de cuisine ^^

Comme toute gourmande qui se respecte, j’ai mes pêchés mignons.

Voici mon top des douceurs qui me font saliver…

Lire la suite

10

Vis ma vie de multipare (ça change quoi d’avoir deux enfants ?)

maman

source Florence Cestac

Vous entendez ?
Non, rien. Pas un mot, pas un cri, pas un pleur. Mais que se passe-t-il ?
C’est l’heure de la sieste !
Je viens enfin de poser mes fesses. Pour écrire cet article (t’as rien d’autre à faire pour te détendre ?).

Il y a 15 minutes, j’ai couché les enfants.
C’est-à-dire, lavé les mains et les bouches, assis de force Bouba sur le pot pour qu’il fasse pipi, empêché Frisquette de faire tomber la brosse des WC, remonté le slip de Bouba pour ne pas qu’il se prenne les pieds dedans, changé la couche atomique de ma fille, rangé tous les legos qui traînent par terre dans la chambre, enlevé la boulette de mouchoir de la bouche de Frisquette, rallongé pour la cinquième fois Bouba dans son lit, cherché les tétines et les doudous (oui, j’aime la difficulté), rallongé Frisquette dans son lit, crié « on fait dodo maintenant, pas un bruit ! », fermé la porte de la chambre, rouvert la porte, rallongé Bouba puis Frisquette, crié « je ne veux plus vous entendre ! », fermé la porte.

Puis, j’ai débarrassé la table, ramassé tous les grains de semoule qui tapissaient le parquet (pourquoi j’ai fait du taboulé ?), fait la vaisselle, plié le linge sec, étendu le linge de ce matin.

Voici mon quotidien de maman à la maison. Alors celui qui me dit encore « toi ça va tu es à la maison, tu n’es pas fatiguée, tu as même le temps de faire la sieste », je lui colle mon poing dans sa tronche.

Oui, c’est moi qui ai choisi de prendre ce congé parental. Car c’est un bonheur de profiter de mes enfants (quand ils ne sont pas chiants), d’emmener et de venir chercher Bouba à l’école, de m’occuper de ma petite crevette, de la voir grandir, de savoir que pour toutes  ses premières fois je serais là.

Mais c’est du boulot, du stress. Parfois, je ne me reconnais pas. Je me transforme en mère marâtre, je gronde pour un rien. Je ne pensais pas à quel point avoir un deuxième enfant allait changer mon quotidien. Je ne suis jamais seule. Aux toilettes, dans la salle de bain, dans la cuisine, j’ai toujours l’un des deux ou les deux avec moi.

Je pensais profiter à fond de Frisquette, comme j’avais pu le faire pour Bouba jusqu’à son premier anniversaire. Mais l’entrée en maternelle de mon fils n’a pas vraiment allégé mon planning. Il n’y va finalement que le matin. Enfin, sauf le mardi. Il mange à la cantine. Un seul petit jour par semaine… qui change ma vie. La cantine n’est pas réservée aux parents qui ne travaillent pas, c’est la mairie qui l’a dit. Pourtant, je suis prête à payer plus cher les repas moi !

Je posais des yeux émerveillés sur mon fils lorsqu’il était bébé. Je le prenais plusieurs fois en photo dans la journée, je lui faisais essayer des tenues différentes. J’envoyais assidûment tous les mois les photos à toute la famille (avec des commentaires !). Je prenais le temps de lui lire des histoires, de lui faire écouter des sons.

Pour ma fille, rien de cela. Elle s’occupe toute seule, vit sa vie. En même temps, elle s’éclate à piquer les jeux de son frère. Ses jouets ne l’intéressent pas. Le deuxième enfant est- il toujours plus éveillé ? Plus dégourdi ? Je m’en veux de ne pas prendre plus de temps avec elle…

Mais je dois m’occuper de la maison, plus sale, plus bordélique qu’avant. Des machines de linge plus nombreuses. Des repas. De Bouba, qui demande beaucoup d’attention, surtout depuis qu’il est à l’école.

On m’avait dit « un enfant c’est fatiguant, mais deux c’est pire! « . Cette personne avait bien raison. Mais ça apporte deux fois plus d’amour, deux fois plus d’éclats de rire, deux fois plus de câlins… alors je ne regrette rien. Et puis cette fatigue a du bon, je n’ai jamais été aussi mince !

Et vous, comment vivez vous votre vie de multipare ?